Finance&succession

15 mars 2018

Comment bien gérer un débarras suite à un décès.

Débarrasser la maison ou l’appartement d’un proche récemment décédé est souvent une étape difficile mentalement comme physiquement. La détresse et le chagrin d’un proche perdu font souvent office d’un traumatisme. Cependant les formalités et autres papiers administratifs n’attendent pas, et pouvoir faire son deuil tout en s’occupant des papiers est parfois très dur à faire ou tout simplement difficile à vivre. C’est pourquoi, dans cet article nous allons vous apprendre à bien gérer un débarras suite à un décès.

 

Faire le débarras par vous-même :

 

Plus facile à dire qu’à faire, débarrasser la maison d’un proche décédé est bien souvent une étape chronophage, douloureuse et pénible. Chronophage car on a souvent tendance à sous-estimer la montagne de travail, et même avec l’aide de plusieurs personnes débarrasser une maison est loin de se faire quelques jours. C’est douloureux car certains objets vont vous rappeler votre enfance ou ce qui vous lie avec cette personne, le chagrin risque de vous submerger durant le débarras. Et finalement pénible, car enlever ce qu’une personne a accumulé durant toute une vie est difficile et il s’en suit également toute la procédure administrative et la succession. Il semble donc qu’un véritable travail de planification s’impose, prévoyez sur plusieurs jours votre débarras en étant très ordonné. Chaque personne a sa propre tâche et doit s’y fixer. Ne soyez également pas trop pressé d’en finir car vous pourriez jeter par inadvertance des objets importants à vos yeux ou possédant une symbolique particulière. Prenez le temps de faire votre deuil pour pouvoir faciliter au mieux cette étape difficile.

 

Appelez une entreprise de débarras :

 

Très souvent conseillé par les notaires, faire appel à une entreprise de débarras est souvent beaucoup plus efficace puisque ces derniers n’ont pas d’attaches sentimentales avec le défunt. De plus il possède le matériel approprié (monte-charge, camion(s) par exemple) ainsi que la main d’œuvre appropriée pour vos meubles les plus lourds. Ils s’occupent également d’une partie administrative en réalisant un audit de votre patrimoine et une estimation de vos biens. Finalement ces derniers peuvent vous aider à faire votre deuil en vous mettant en contact avec d’autres notaires, des généalogistes et commissaires-priseurs.

De même, ils effectueront le travail assez rapidement le débarras, vous permettant de revendre plus rapidement le bien immobilier (vous n’aurez donc pas à payer les futurs loyers si le défunt était locataire). Ainsi, en plus de faciliter le travail, c’est également d’éviter les tensions familiales dans le cadre d’une succession multiple, puisque durant le deuil les proches sont souvent à fleur de peau.

Posté par Paul-Hubert à 14:29 - Permalien [#]


14 octobre 2016

Comment et avec qui apprendre à trader?

Comment et avec qui apprendre à trader ?

Depuis quelques décennies, le « trading » s’est démocratisé avec l’internet. Il est devenu accessible à tous. Générer facilement des bénéfices, tel est le but des simples explorateurs en trading. Voici comment les initiateurs en trading font pour entrer dans le jeu.

Informez-vous sur le trading

Trader une bourse, c’est parier sur la tendance du cours de change. Et les débutants en trading n’ont plus besoin d’aller à l’école pour acheter une option binaire. Grâce à internet, ses simples explorateurs observent seulement la tendance (à la hausse ou à la baisse) des cours boursiers et suivent les graphiques correspondants pour investir.

Choisissez un broker

Nombreuses sont aujourd’hui les plateformes qui proposent le trading en option binaire. Le trading en option binaire est réglementé et surveillé par la Cysec (Cyprus Securities and Exchange Commission). Il suffit de visiter la liste de plateformes inscrites dans cette organisation pour éviter les arnaqueurs. Cette liste est toujours mise à jour.

Maitriser l’enjeu du trading : qui risque gagne

Pour commencer à trader, miser un somme plus réduit par rapport à celui des autres traders (en général 2500 euros). Les brokers en ligne devront être à votre disposition pour recevoir des conseils, de la tendance des cours boursiers, du statut de votre mise. Avec cette somme, le trader peut gagner plus de 10 %. Après la mesure prise par la Cysec, un trader peut abandonner au cours du pari, mais doit se faire dans un délai de 3 secondes. Avec le temps, un débutant en trading peut devenir professionnel.

Posté par Paul-Hubert à 12:16 - Permalien [#]

27 juillet 2016

Avant de vous lancer à la conquête d'un nouveau marché, faites appel à une société de réalisation d'études de marché

L’étude de marché est obligatoire pour les futurs entrepreneurs ou les sociétés souhaitant diversifiant leur activité. Cette étape permet de collecter des informations utiles à la réussite de votre projet. Vous pouvez déjà connaître vos concurrents directs et indirects ou les attentes de vos clients potentiels. Grâce à ces données, vous mettez en place une stratégie commerciale à la fois efficace et adaptée à l’ampleur de votre entreprise.

Pourquoi opter pour un spécialiste ?

La collecte des données est une tâche fastidieuse et qui demande du temps. Des sociétés se sont spécialisées dans ce secteur afin de vous simplifier la vie. Vous leur communiquez les points essentiels dont vous avez besoin pour la mise en place des moyens et du processus d’achat. Un professionnel a l’avantage d’avoir de l’expérience pour remplir sa mission. Il vous fait alors gagner du temps que vous consacrez à d’autres étapes de votre projet comme les démarches administratives.

etude-marché-1170x878

L'importance d'une étude de marché

N’oubliez pas que l’étude du marché est un des principaux piliers de votre entreprise. Le choix du prestataire dépend de différents critères et ne doit pas se faire à la légère. Tenez compte de son expertise dans le domaine d’activité qui vous intéresse. Référencez-vous à sa notoriété et à son savoir-faire grâce à des clients qui ont déjà fait appel à son service. Par rapport aux types d’enquêtes menées par la société, vous pouvez déterminer si le cabinet d’étude propose un bon rapport qualité/prix. 

Posté par Paul-Hubert à 10:34 - Permalien [#]

19 mai 2016

Vous êtes assujetti à l'ISF ? Comment alléger votre impôt

        En tant que contribuables assujettis à l'impôt de Solidarité sur la Fortune plus connu sous l'abréviation d'ISF, vous avez la possibilité d'alléger votre charge fiscale. Il existe en effet certaines solutions qui vous permettent de réduire de manière significative le montant à payer pour cet impôt. Le but de cet article est de vous fournir quelques conseils en vous dévoilant les stratégies efficaces pour réduire votre imposition en matière d'ISF.

        La réduction de la base imposable : une solution intéressante pour payer moins d'ISF

Pour payer moins d'impôt de Solidarité sur la Fortune ( ISF), il est possible d'agir de façon structurelle sur la base d'imposition. En s'agissant ainsi sur votre patrimoine, vous obtiendrez des résultats intéressants sur le long terme. Pour ce faire, vous avez le choix entre trois solutions : acquisition de biens partiellement ou totalement exonérés, investissement dans des enveloppes ne relevant pas de l'assiette de l'ISF et transmission temporaire d'une partie de votre patrimoine.

        Les réductions d'impôt : une autre option pour alléger votre ISF

Une autre façon de payer moins d'impôt de Solidarité sur la Fortune est de profiter des réductions accordées sous certaines conditions. Pour bénéficier de celles-ci, le contribuable assujetti à l'ISF doit réaliser des investissements ciblés au capital de petites et moyennes entreprises. Selon les dispositions en vigueur, il est possible d'obtenir une réduction d'imposition dans la limite des 45 000 euros annuellement en souscrivant au capital d'une PME. Cette possibilité est en outre offerte en contrepartie de dons que vous pouvez faire au profit d'organismes d'intérêt exerçant dans les secteurs de l'insertion des personnes en difficulté, de l'enseignement supérieur ou encore de la recherche.

Posté par Paul-Hubert à 12:10 - Permalien [#]

17 mai 2016

Au printemps, réorganisez vos placards avec nos astuces

        Au printemps, réorganisez vos placards avec nos astuces

 

Le ménage du printemps est toujours un processus long et déplaisant pour la plupart. Mais le plus gros souci concerne principalement l’organisation du placard. Et le problème se pose pour tout le monde, y compris même ceux qui disposent davantage d’aire de rangement à domicile.

        Le tri

Toute organisation de placard passe obligatoirement par un état des lieux. Avant de débuter ainsi le ménage du printemps dans son placard, il faut d’abord penser à faire le tri dans toutes les pièces qui y sont rangées. Tout sortir d’un seul coup pour redécouvrir tous ses vieux vêtements, accessoires et autres pour ensuite distinguer ceux qui sont encore utilisables. Et par « utilisable », il faut aussi retenir, ceux qu’on peut toujours porter. Et tout doit y passer : pulls, robes, chemises, t-shirts, jeans, ceintures, sacs, chaussures, etc.

        Le rangement

 Pour mieux s’en sortir, il faut connaître les principes de base du mode de rangement. Certains vêtements sont par exemple mieux pliés, tels les t-shirts ou les pulls. Le nombre de vêtements empilés ne doit par contre pas dépasser six ou sept unités par pile. Les manteaux, les chemises, les robes s’accrochent par ailleurs sur des cintres de manière à associer uniquement les mêmes vêtements sur un même cintre. Chaussures, chaussettes, sous-vêtements, foulards, bonnets et autres accessoires sont ensuite rangés dans des tiroirs ou des boîtes de rangement préalablement marquées pour mieux s’y retrouver par la suite.

 

Posté par Paul-Hubert à 16:38 - Permalien [#]


19 avril 2016

Le microcrédit - Toujours d'actualité en France ?

        Le bureau international du travail, la caisse de dépôt et la direction générale de la cohésion sociale ont affirmé le mardi 3 février, lors de la réunion qui a eu lieu à Bercy que, grâce au microcrédit de nombreuses entreprises ont pu être mis en place, principalement en France, ce qui remet donc le financement par microcrédit au cœur de l'actualité.

        En effet selon une enquête élaborée par la CSA, auprès de nombreux entrepreneurs qui ont bénéficié d’un accompagnement ou financement, plusieurs centaines d’emplois ont pu être crées entre 2013 et 2014. Cette enquête révèle que les entreprises bénéficiant d’un accompagnement financier et qualitatif favorisent l’insertion professionnelle. 89% d’anciens chômeurs qui ont crées leur entreprise avec l’aide du microcrédit sont toujours actifs trois ans après, 48% de ces nouveaux entrepreneurs n’ont plus besoin de percevoir le minima social.

        La création d’entreprise a favorisé la création d’emplois, en effet on évalue à 2,6 le nombre d’emplois crées pour chacune des entreprises pérennisées. Cette employabilité a même permis d’améliorer les compétences professionnelles de la quasi-totalité ceux qui auparavant n’avaient aucune compétence. On estime à 72% le nombre de salariés des entreprises crées à l’aide de financement, qui bénéficient aujourd’hui  d’un contrat à durée indéterminée.

Le financement par microcrédit concerne n’excède généralement pas plus de 6000€. Pour bénéficier d’un tel prêt, l’emprunteur doit simplement trouver un garant pour la moitié du microcrédit. S’il s’agit d’une première demande de prêt, le montant ne peut excéder les 2000€ et le remboursement doit se faire dans un délai d’un an.  

Posté par Paul-Hubert à 17:58 - Permalien [#]

04 mars 2016

Le prêt entre particuliers - Fiable ou une arnaque ?

Sur les réseaux sociaux et sur les publicités sur Internet, il n'est pas rare de voir des publicités destinées aux particuliers qui véhiculent des propositions de prêts pas tout à fait comme les autres. Ce sont les prêts entre particuliers. Si certains y voient un intérêt, il faut avant tout faire un point sur son fonctionnement.

 En France, conformément à la législation mise en vigueur, seuls les organismes qui peuvent prêter de l'argent à des professionnels et à des particuliers doivent être répertoriés comme banque ou comme organisme de crédit.

Seulement, les arnaques peuvent survenir rapidement : les escrocs n'hésitent pas à se servir du terrain de jeu qu'est internet pour solliciter les personnels les plus fragilisées financièrement. Celles qui ne trouvent pas de solutions classiques auprès des organismes officielles, qui sont en situation de surendettement ou qui sont en interdit bancaire.

Avant de souscrire à la moindre transaction, il faut se montrer prudent et ne pas se précipiter. Optez pour un organisme référencé et sécurisé, comme par exemple la plateforme Trait d'Union, étudiez bien les mentions légales écrites en petites lettres et vérifiez systématiquement les avis & évaluations des autres internautes qui y ont eu recours.

Si vous avez le moindre doute, ou si vous sentez que le prêteur vous impose une pression comme la relance régulière par email ou par téléphone, alors fuyez ! Une plateforme de prêt ne procède jamais ainsi : leurs pratiques ne sont pas ancrées dans ce code de conduite.

En résumé, le prêt entre particulier est une alternative sur laquelle il convient de se montrer prudent et réfléchi avant tout investissement.

Posté par Paul-Hubert à 12:07 - Permalien [#]

27 janvier 2016

Assurance vie et succession - Ce qu'il faut savoir

Outil particulièrement efficace pour préparer en toute sérénité sa retraite et garantir un complément de revenu, l'assurance-vie est une solution intéressante pour une transmission de capital. C'est une option qui s'avère surtout très avantageuse lorsque l'assuré souhaite désigner des personnes en particulier pour leur transmettre son capital.

 Assurance-vie et succession : le principe fondamental

L'assurance-vie est un contrat ou encore un outil permettant à l'assuré de transmettre son capital à un ou plusieurs bénéficiaires. Dans son mécanisme, cette transmission peut se faire sans que soient pris en compte les liens de parenté des bénéficiaires avec le souscripteur. Au sens de l'article 132-12 du code des assurances, les sommes que peuvent percevoir les héritiers ou les bénéficiaires en fonction du régime de l'assurance-vie ne relèvent pas du droit commun de succession. Ce qui signifie que les dites reçues sont exonérées des droits de succession en cas de décès de l'assuré par exemple. C'est le cas notamment du partenaire pacsé ou du conjoint survivant du souscripteur décédé.

Une exonération limitée dans son application par les règles fiscales

Les législations fiscales en vigueur limitent doublement cette exonération des droits de succession en faveur des bénéficiaires d'un contrat d'assurance-vie. On peut citer par exemple le cas des primées versées après 70 ans. Celles-ci sont soumises aux droits de succession pour leur part excédant 30.500 euros selon l'article 757 B du Code Général des Impôts. On a également le prélèvement de 20% sur les dues par les assureurs sur la fraction excédant 152.500 euros revenant à chaque bénéficiaire. Cette taxation est applicable depuis 1998.

Posté par Paul-Hubert à 13:01 - Permalien [#]

17 décembre 2015

Quels placements sûrs pour vos économies ?

        Lorsque l'on a enfin réussi à mettre de l'argent de côté, il est normal de se demander quelles sont les meilleures façons de le faire fructifier. De nombreux investissements sont possibles, chacun offrant ses avantages et inconvénients. Cependant, il n'est pas toujours facile de séparer le bon grain de l'ivraie dans cette cacophonie de possibilités. Ici, nous nous intéresserons uniquement aux placements que l'on qualifiera de sûrs. Alors certes, la rentabilité est peut-être plus faible que celle du placement que vous avez aperçu sur ce site obscur de placements en ligne, mais ici votre argent est bien gardé.

 Quelles solutions pour vos investissements

Tout d'abord, le premier secteur dans lequel vous pouvez investir en étant sûr du résultat, c'est bien évidemment l'immobilier. Qu'il s'agisse d'investir directement dans la pierre ou de placer votre argent chez des professionnels du secteur, l'immobilier est une valeur refuge pour les investisseurs aguerris. C'est le secteur dans lequel vous devez placer de l'argent afin de sécuriser vos autres investissements, qui peuvent être plus risqués.

Investir dans l'immobilier

De nouvelles façons de placer son argent dans l'immobilier sont apparues. Avec les plateformes de crowdfunding immobilier, il est désormais possible d’investir à partir d'une somme de 1 000€. Autant vous dire que l'immobilier est désormais un secteur ouvert à tous les portefeuilles d’investisseurs.

Il peut être également judicieux de placer son argent dans des valeurs qui émergent. Ces valeurs, vous pouvez les repérer aisément : ce sont des secteurs qui ont connu une croissance très rapide, suivie d'une période de désillusion, pour enfin atteindre une situation de stabilisation. En somme, ce sont des secteurs qui ont survécu à " l'effet de mode ". Dès l'entrée dans cette situation de stabilisation, c'est le moment pour vous de placer de l'argent dans des entreprises du secteur. Autre astuce pour repérer ces secteurs parmi les autres : ces domaines couvrent des enjeux qui dépassent le simple cadre des intérêts économiques, c'est pourquoi les énergies renouvelables en sont un exemple parfait.

Posté par Paul-Hubert à 11:54 - Permalien [#]

23 novembre 2015

Faut-il investir en bourse ?

        De nombreuses personnes sont tentées par l'investissement en bourse. Cependant, on a tous entendu des témoignages de personnes qui ont beaucoup perdu en boursicotant. En effet, la bourse c'est un peu comme un jeu de hasard mais dans lequel on joue son argent. Par conséquent, il est important de connaître les risques et de savoir si on peut les limiter.

Investir en bourse peut faire perdre de l'argent mais cela peut aussi permettre d'en gagner. En fonction des sommes que vous êtes prêt à jouer en bourse, vous pourrez opter pour des placements plus ou moins risqués. En général les placements qui rapportent le plus à court terme sont également ceux avec lesquels on peut perdre le plus d'argent. Il faut étudier les courts sur les derniers mois afin d'avoir une idée.

        La Bourse et ses risques

 Si vous ne connaissez pas la bourse et que vous ne voulez pas vous lancer seul dans l'inconnu, vous pouvez faire appel à votre banque ou à des spécialistes courtiers qui passeront les ordres à votre place. Vous pouvez aussi suivre les évolutions des différents marchés. En fonction du niveau de risque, votre argent sera ainsi investi dans différentes entreprises. Vous pourrez ensuite suivre le cours de la bourse et décider quand vous souhaitez retirer vos fonds.

Au final, investir en bourse peut rapporter davantage que d'autres placements mais c'est aussi plus risqué. Vous pouvez commencer par de petites sommes pour bien comprendre comment cela fonctionne et voir si cela vous plait. Vous pourrez ensuite miser davantage et peut-être gagner de l'argent.

Posté par Paul-Hubert à 10:39 - Permalien [#]